fbpx
+41 (0) 76 563 20 90 info@fred-martignier.ch

Tout va très bien… Et vous, comment allez-vous ? Dans nos différents univers, réels comme virtuels, nous nous sentons parfois contraints de faire semblant d’aller bien. Pour faire partie de la bande, mieux vaut paraître épanoui et en santé que contrarié et en dépression. Avouer « mal aller » ne se fait pas dans nos relations professionnelles et sociales. Derrière la façade d’un sourire forcé, que cache un tout va bien ? Au-delà des apparences, comment est-ce que cela affecte nos relations avec les autres et notre bien-être ? Quels risques prendrions-nous à dire simplement qu’aujourd’hui, ça ne va pas ?

 

Faire semblant d’aller bien pour masquer des émotions

 

Peut-être êtes-vous adepte de la pensée positive. Peut-être est-ce un automatisme. Ou alors vous avez juste envie qu’on vous fiche la paix. Dans tous les cas, nombreuses sont les raisons de répondre par un simple « tout va bien merci ! ».

C’est légitime, car fondamentalement, qui ne préfère pas être heureux ? Tendre vers le bonheur est une quête probablement ancrée en chacun de nous. Peut-être est-ce même dans nos gènes. Le développement personnel a d’ailleurs le vent en poupe. Mais dans cette pratique vers notre propre évolution, rappelons-nous que nous sommes d’éternels élèves de la vie.

En effet, parler positivement est efficace du moment que nous prenons soin de nous au quotidien. La parole est alors en parfaite cohérence avec nos actes. L’autosuggestion est même parfois salutaire face à de grandes épreuves lorsqu’elle est consciente.

Dans le cas contraire, il se peut que ce déni déguisé en optimisme de surface se retourne contre nous. Le « je vais bien, tout va bien » devient dangereux. Il fait fonction de voile entre soi et l’autre. Agissant comme un mur entre nous et nos émotions, il risque de nous empêcher d’avancer dans la vie. Se priver de laisser s’épanouir une version de nous-mêmes encore plus accomplie serait dommage, non ?

 

ALLER BIEN, C’EST QUOI ?

Selon un psychiatre nommé Edouard Zarifian, aller bien nécessite que trois conditions soient réunies :

• Être en paix avec le passé (sans regret ni remords) ;

• Apprécier le présent (aucun conflit ne me divise) ;

• Ne pas craindre l’avenir (avoir de l’espoir).

 

 

 

Faire tomber le masque pour aller vraiment bien

 

Malheureusement, parler de son mal-être est trop souvent considéré comme un aveu de faiblesse dans une société hyper concurrentielle. Pourtant, admettre une sale période où le poids d’une préoccupation influence l’humeur du jour ne fait pas de nous une personne mauvaise ou pesante en soi !

Alors, que se passerait-il si nous laissions la place à l’expression de ce que nous ressentons dans nos interactions ? Après, tout, nous ne sommes pas des robots. Là est notre force. En l’imperfection nous nous reconnaissons. Avant d’en avoir totalement marre de faire semblant et d’exploser, osons libérer nos émotions.

Sans pour autant accabler notre interlocuteur, que ce que nous montrons corresponde à nos états internes. Livrée simplement et sans attente de résolution, notre situation trouvera certainement un écho chez l’autre. Cette congruence entre intérieur et extérieur fait de nous des êtres alignés. D’autre part, elle chasse le déni et s’ouvre à une éventuelle main bienveillante.

 

Bien sûr, trouver cette cohérence entre ressentis et pensées, entre paroles et actes, n’est pas chose facile. Mais la chercher est le point de départ qui fait de nous les êtres conscients de ce que nous sommes. Surtout, la démarche sera certainement plus porteuse que de se taire.

 

 

citation sur le fait de faire semblant de bien aller

 

En bout de ligne, nul ne peut ne pas communiquer. Notre bonheur se construit aussi dans nos échanges avec les autres. Dans le partage de soi, dans l’écoute et l’entraide se trouvent peut-être le meilleur remède à un « tout-va-bien » stéréotypé qui isole.

Prenez soin de vous.

 

 

LE COACHING RELATIONNEL POUR CESSER DE FAIRE SEMBLANT

Lors d’une thérapie brève en cabinet, à l’aide d’outils simples de visualisation, nous identifierons :

– Ce qui vous pose un problème ;

– Ce dont vous avez besoin ;

– Le premier pas d’une stratégie pour y parvenir.

Voyons ensemble si c’est ce qu’il vous faut.

 

2 + 8 =