fbpx
+41 (0) 76 563 20 90 info@fred-martignier.ch

Ici, c’est votre collègue qui s’épanche sur les bienfaits de son coaching de vie à l’occasion de ses 50 ans. C’est que sa thérapie précédente en analyse transactionnelle a été décevante. Son ennéagramme, par contre, lui en a appris beaucoup sur la structure de sa personnalité. Là, c’est votre belle-sœur qui vous vante les progrès des neurosciences. Sa progression en développement personnel au cabinet Démo à l’Envers qui utilise aussi la programmation neurolinguistique en atteste bien 😜. Mais que cherchent-ils tous à travers ces thérapies alternatives ? Et quelles différences entre développement personnel et coaching relationnel ?

 

Développement personnel versus coaching relationnel : quelles différences ?

Qu’on se lance dans un coaching relationnel ou un accompagnement en développement personnel, l’ambition est la même : plus de bien-être. Les grandes différences résident dans la motivation de la personne à consulter et les techniques d’accompagnement du thérapeute. Le développement personnel s’adresse à celles et ceux qui veulent atteindre un objectif, mais ne savent pas par où commencer. Le travail d’accompagnement consistera à faire émerger les solutions qui sommeillent en vous. Puis nous mettrons au point une stratégie pour réaliser votre objectif.

Le coaching relationnel est destiné à celles et ceux qui se sentent englués dans une situation relationnelle avec eux-mêmes ou l’extérieur. Le boulot du coach est de décortiquer les rouages du problème relationnel et interactionnel. Il amène la personne vers la mise en place de changements mineurs capables de modifier et améliorer la situation relationnelle.

 

C’est quoi le développement personnel ?

Lorsqu’une personne souhaite fonctionner au meilleur d’elle-même dans un domaine de sa vie, on parle de développement personnel. Cela peut se jouer sur le plan relationnel, amical, professionnel ou sportif. Le dénominateur commun est la volonté de s’améliorer. L’idée est de libérer son plein potentiel vers une version de soi-même encore plus épanouie. En pratique, la personne vise des objectifs concrets tels que :

  • Passer plus de temps avec les enfants ;
  • Faire plus de sport ;
  • Mieux s’organiser ;
  • Avoir plus confiance en soi ;
  • Maîtriser ses émotions.

Au travers de sa démarche de développement personnel, elle se met en marche en direction d’un domaine en particulier. Familiale ou professionnelle, cette sphère lui promet plus de bonheur et de bien-être si elle s’y engage davantage. Par exemple, elle visera à améliorer sa communication avec ses collègues. Cela peut représenter un pan important de sa vie à faire évoluer. Derrière cet objectif, sa motivation immédiate sera peut-être d’avoir plus confiance en elle au quotidien. Son intention in fine sera simplement de se sentir mieux et plus heureuse.

 

Comment se passe un accompagnement en développement personnel

Dès lors, par où commencer ? En cabinet, le thérapeute vise en priorité à créer des conditions où la personne puisse déconstruire ses propres idées de solutions. Ensuite, le praticien la soutient dans la construction d’une stratégie pratique pour y parvenir.

Créer de la génération d’idées

Trop souvent, on se coince sur 1 ou 2 idées pour régler ce qui nous préoccupe. Au pire, elles sont soufflées par un copain à qui tout semble réussir. Justement, ce qui fonctionne pour l’un, ne marche pas pour l’autre. De là, l’accompagnement en développement personnel débute par la génération de ses propres idées.

Notre cerveau est une sorte de bijou technologique capable d’émettre des quantités d’hypothèses. À cela, une condition sine qua non, celle de se sentir en sécurité. C’est là le travail de l’accompagnant. Par jeux de dialogues et d’exploration, le but du coach sera prioritairement de mettre en marche la génération d’idées.

Définir les jalons vers son objectif de développement personnel

L’enthousiasme que provoquent les idées qui ont été émises arrive cependant avec sa dose d’impatience. Et c’est là le piège. Tout l’enjeu ici est de jalonner les grandes étapes de la progression souhaitée dans le temps. Pour éviter de s’essouffler, l’attitude du marathonien est préférable à celle du sprinter.

La clé de la réussite réside dans la définition d’objectifs simples, atteignables et mesurables. Cela s’avèrera très aidant ultérieurement. Au fur et à mesure que l’on chemine, ils rendront compte de ce qui a été changé et atteint. Cela renforce la motivation.

Les étapes d'un accompagnement en développement personnel

Générer de l’idée et jalonner les grandes étapes font partie d’un accompagnement en développement personnel.

Comment se passe une séance d’accompagnement en développement personnel en cabinet

Parfois, la définition de ces étapes n’est pas aisée. Le cerveau est ainsi fait que l’idée de déconstruire une réussite est beaucoup plus facile pour lui que de la construire ! Le coach s’appuie précisément là-dessus. Découvrez ses méthodes ci-dessous.

Exemple d’exercices d’imagination

Pour soutenir ce travail d’imagination du client, le praticien a des outils de visualisation comme la ligne du temps. En rembobinant le film depuis l’image du résultat qu’on souhaite, on extrait comment on pense y être arrivé.

Cette technique s’inspire des techniques utilisées en alpinisme. Quelles seront les difficultés rencontrées juste avant d’arriver au sommet ? Le manque d’air ? Comment y remédier ? Et avant cela ? La soif ? Qu’aurai-je fait ? Etc.

Exemple d’exercice de visualisation et de modélisation

L’ambition est de faire le tour de Suisse à vélo en autonomie ou de reprendre des études ? Un des grands secrets de la PNL est de s’inspirer de la méthode de ceux qui y sont parvenus. Comment s’y prendraient-ils ou elles pour réaliser son projet ? Avec quel état d’esprit et quels moyens ? Comment est-ce applicable ?

Exemples de recherches de solutions intuitives

Court-circuiter son cerveau pour aller chercher des pistes de solutions dans l’intuition, le ressenti ! Cela semble tellement contre-intuitif et pourtant, ça marche. Être créatif sans réfléchir est possible et même amusant grâce à des jeux conversationnels appelés Constellations Astrologiques ou Carrés Magiques.

L’idée est de travailler avec du ressenti en allant chercher du conseil auprès d’une source choisie imaginaire. Le consultant demande de se faire livrer un message pour solutionner son problème. Cela peut être par soi-même dans le passé ou dans le futur par exemple. Feu la grand-mère peut faire l’affaire. En s’appuyant sur des protocoles hypnotiques, le thérapeute active ainsi l’inconscient dans un mode processif. C’est redoutable d’efficacité pour faire émerger des pistes de solutions sans se faire des nœuds dans les méninges !

Pourquoi faire un accompagnement en développement personnel

C’est si simple qu’on peut être tenté de le faire seul. Cependant, comme dit l’adage, pas de vent favorable à celui qui ne sait pas où il va. Un regard neutre, professionnel et extérieur vous aidera à cibler et garder votre cap sur votre véritable objectif de développement personnel. Il réunira avec vous les moyens les plus efficaces de l’atteindre.

Notre cerveau a besoin d’un cadre sécurisant pour opérer à plein régime. Il se coupe au moindre signal interprété comme un danger. La lecture de « Changer de vie en 3 heures » risque fort de le bloquer ou de l’embrumer.

Il est régi par 3 grands pôles :

  • Le cerveau reptilien, qui est sensible au danger ;
  • Le cerveau limbique, qui est sensible au plaisir ;
  • Le néocortex, siège de l’égo, qui réfléchit.

 

Un accompagnement en développement personnel évite au cerveau de surchauffer

Pour nous souffler ses solutions, notre cerveau a besoin du cadre sécurisant qu’offre un accompagnement en cabinet.

 

C’est quoi le coaching relationnel ?

Le coaching relationnel est indiqué pour toute personne qui se sent coincée dans une situation relationnelle avec soi-même ou le monde extérieur. Elle a généralement le sentiment inconfortable d’être bloquée sans comprendre pourquoi. Cela s’accompagne parfois d’une sensation d’impuissance et de fatigue chronique installée.

Le coaching en développement personnel adopte une posture de soutien. À contrario, en coaching relationnel, le thérapeute tire le fil à lui. Il cherchera à cerner la mécanique du problème présenté par le consultant dans toutes ses dimensions relationnelles et interactionnelles. Au final, une thérapie brève en coaching relationnel sert à agir sur un élément du système pour enclencher une modification de l’ensemble de la situation. C’est un peu comme débloquer un rouage grippé pour permettre à la machine de bien refonctionner !

Le coaching relationnel pour débloquer une situation.

Les grandes composantes d’un coaching relationnel pour débloquer une situation.

Comment se passe une thérapie brève en coaching relationnel

En trame de fond, des méthodes imperceptibles d’analyse transactionnelle, de systémique et de coaching relationnel. Le coach les utilise pour guider les séances et tendre vers une résolution durable de la situation problématique.

Cibler le vrai problème

C’est LA première étape d’un coaching relationnel. Que disent les plaintes du véritable problème ? Qu’est-ce qui se passe entre les 2 personnes au niveau de la relation et des interactions ? Comment se manifeste ce problème ? Quel engrenage est en marche ? Quel schéma se répète ? Quelles boucles ?

Qui dit ou fait quelque chose qui pose problème

Poser le problème simplement en se demandant qui fait quoi à qui et en quoi est-ce un problème avec un café-coaché de 30 minutes.

Comprendre votre logique

Deuxièmement, le coach se penchera sur la lecture des évènements du consultant. Quelle est sa vision des choses ? Avec quelle logique le client présente-t-il le problème ? Qu’est-ce qui est vrai pour lui ou elle ? Qu’est-ce qui échappe éventuellement à sa conscience ? À cela une bonne raison : la logique en place est le pire ennemi de la résolution du problème relationnel. Elle y maintient la personne au lieu de résoudre l’affaire.

Le grand coupable, c’est notre néocortex préfrontal, aussi appelé l’égo. La somme des apprentissages et des expériences d’une vie est enregistrée par ici. Il imprime également si elles ont été encouragées par l’entourage et la société. L’individu fonctionne ensuite en piochant dans ce référentiel pour obtenir que les choses se produisent. Ceci avec plus ou moins de satisfaction. Il attend que telles attitudes provoquent telles réactions.

Une situation donnée appelle donc un comportement formaté par le vécu et les normes sociales intégrées par la personne. Mais à situation problématique identique, il y a fort à parier qu’un Yverdonnois n’adopte pas le même comportement qu’un Tokyoïte. Chacun appliquera sa logique puisqu’elle s’est construite dans des contextes sociaux et environnementaux différents.

Le coaching relationnel va venir questionner ces liens qui s’expriment souvent en croyances. Parfois, elles n’ont pas lieu d’être. Dans ce cas, changer son angle de vue d’un degré peut permettre d’amorcer une évolution vers une résolution.

Saisir votre système de valeurs et de règles

Les valeurs naissent de l’accouplement du contexte et de la culture. Par exemple, on préfère régler un problème sans litige à Tokyo parce que dans ce contexte culturel, il est important de garder la face. Cela nous amène dans le monde des règles. La société fixe un cadre moral plus ou moins tacite. Il y a ce qu’on fait et ce qu’on ne fait pas.

Comme vu précédemment, quelqu’un qui réagit de telle ou telle manière dans un conflit relationnel ne fait qu’appliquer ou répondre à des règles qu’il a intériorisées avec plus ou moins de facilité. Il réagit en fonction d’un ensemble de règles acquises dans le contexte dans lequel il vit.

 

Comment se passe une séance de coaching relationnel en cabinet

La personne qui consulte est sa meilleure source de résolution. Donc, après s’être assuré qu’elle n’a plus d’idées pour résoudre son problème, le coach va chercher à comprendre qui est impliqué dans la situation qu’elle amène.

Différencier le problème de l’objectif

Comme en mathématique, on pose d’abord clairement la donne. Qui fait quoi à qui ? Et en quoi est-ce un problème ? Au-delà de ça, que traduisent les tensions ? Y’a-t-il prise de contrôle ou au contraire évitement de l’une ou l’autre des parties ? Comment s’agence la mécanique du problème ?

Provoquer une expérience émotionnelle correctrice

Une fois ce panorama relationnel dessiné, le coach prescrira des tâches thérapeutiques à mettre en pratique entre 2 rencontres. Par exemple :

  • Une tâche d’écriture ;
  • Une tâche d’imagination.

Ces tâches resteront toujours à la mesure de la motivation de la personne. À ce stade, elles visent à modifier un petit élément de la machine pour que les rouages se débloquent. La vapeur s’inverse positivement et avec elle, la situation.

Pourquoi faire appel à un coach relationnel

La pression est omniprésente dans la société actuelle. L’Être social que nous sommes se retrouve parfois en tension entre les attentes auxquelles il pense devoir répondre et ses aspirations profondes. Dans ce marasme, une thérapie brève en coaching relationnel se propose comme un espace cadré et sécurisant de calme et de réflexion.

Voici 3 bonnes raisons de consulter un professionnel de la relation d’aide :

  1. Une période de souffrance est une opportunité d’évolution
    Paradoxalement, une forte souffrance ancre une réelle motivation au changement. L’énergie engendrée par la souffrance peut être canalisée pour provoquer un changement salvateur. Le coach va la mobiliser vers des prescriptions de tâches. L’expérience de quelque chose de nouveau dans l’interaction et la relation qui fonctionne mène petit à petit vers la résolution de problème.
  2. Des outils simples et sans danger pour feinter le cerveau
    Comme vu plus haut, si on se comporte de telle ou telle manière, c’est qu’on a de bonnes raisons de le faire. Élargir ses perceptions n’est pas une mince affaire. Un coach a la possibilité de recourir à des protocoles hypnotiques et à des outils d’accompagnement spécifiques pour cela. Un coaching relationnel vous met des moyens à disposition pour trouver des solutions sans se faire une entorse cérébrale. Un suivi en cabinet offre la sécurité dont le cerveau a besoin pour envisager de nouvelles façons d’interpréter et d’agir.
  3. Une écoute professionnelle, bienveillante et motivante
    Déposer ce qui vous pèse en toute confidentialité est en soi un pas de géant. Les tâches proposées seront toujours proportionnelles à votre motivation pour la renforcer. Il vous livrera des clés de construction pour trouver des solutions qui font sens pour vous.

 

Les pourcentages de maladies mentales enregistrés par l’Assurance Invalidité n’ont jamais été aussi hauts. Pour cause, orchestrer une vie qui vous rende heureux n’est pas simple dans le contexte actuel. Pour autant, chercher de l’aide reste tabou. Le cliché du psychiatre antipathique qui rebouille inutilement des souvenirs douloureux a la peau dure. C’est regrettable, car les connaissances en neurosciences actuelles démontrent que nombre de nos comportements sont prédéterminés, mais pas figés. Lorsqu’ils nous rendent malheureux, des interventions simples et ludiques sur nos schémas de pensées peuvent véritablement libérer tout un potentiel cognitif et émotionnel pour vivre mieux rapidement. Les différences sont fines entre coaching relationnel et accompagnement en développement personnel. Mais les deux sont là pour vous aider à avancer vers du mieux.

Et vous qu’est-ce qui vous freine ou vous motive ? Vos commentaires sont attendus.